ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous subarticle

Ancile (Page 1:441)

Ancile, s. m. en Antiquités, espece de boucliers de bronze que les anciens prétendoient avoir été envoyés du ciel à Numa Pompilius; ils ajoûtoient que l'on avoit encendu en même tems une voix qui promettoit à Rome l'Empire du monde, tant qu'elle conserveroit ce présent. Voyez Palladium.

Les Auteurs sont partagés sur l'étymologie & sur l'orthographe de ce mot. Camerarius & Muret le prétendent Grec, & le font venir de AGKULO, courbé; aussi écrivent - ils ancyle, ancylia, toûjours avec un y: nous lisons certainement dans Plutarque A'GK<-> LIA. Juba dans son histoire, soûtient que ce mot est originairement Grec. Mais on ne peut concilier cette orthographe avec les manuscrits & les médailles, où ce mot se trouve écrit avec un i simple; Varron [p. 442] le fait venir de ancilia, ab ancisu, & suppose que ce nom fut donné à une espece de boucliers échancrés, ou dentelés à la maniere des peltoe de Thrace.

Plutarque même dit que telle étoit la figure de l'ancile; mais il differe de Varron, en ce qu'il prétend que les petits boucliers des Thraces n'avoient point cette figure, & qu'ils étoient ronds: Ovide paroît en avoir eu la même idée; suivant ce Poete, la rondeur de ce bouclier le fit nommer ancile; c'est - à - dire, ancisum, de am, & coedo, également coupé en rond.

Plutarque lui trouve encore d'autres etymologies, par exemple, il dérive ancile de A'GKW\N, parce que l'on portoit ce bouclier au coude. Quoiqu'il n'en fût tombé qu'un des nues, on en conservoit douze à ce titre; Numa par l'avis, disoit - on, de la nymphe Egerie, ayant ordonné à Veturius Manurius d'en fabriquer onze autres parfaitement semblables au premier, afin que si quelqu'un entreprenoit de be dérober, il ne pût jamais savoir lequel des douze étoit le véritable ancile.

Ces anciles étoient conservés dans le temple de Mars, & la garde en étoit confiée à 12 Prêtres nommés Saliens, établis pour vaquer à ce ministere. Voyez Salien.

On les portoit chaque année dans le mois de Mars en procession autour de Rome; & le troisieme jour de ce mois, on les remettoit en leur place. (G)


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.