ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

ALVÉOLES (Page 1:305)

ALVÉOLES, s. f. pl. en Anat. se dit des cavités dans lesquelles les dents sont placées. Voyez Dent. Ce mot vient du latin alveoli.

Les alvéoles dans le foetus ne sont pas toutes formées, & il n'y a dans chaque mâchoire que dix ou douze dents; elles ont peu de profondeur, les cloisons qui les séparent sont tres - minces; on les distingue par dehors par autant de bosses; leur entrée est fermée par la gencive, de maniere quelles demeurent dans cet état jusqu'à l'âge de six ou sept mois, ce qui étoit nécessaire pour que l'enfant ne blessât point le téton de la nourrice; les germes des dents sont enfermés dans ces alvéoles. Voyez Germe.

Les alvéoles dans la mâchoire d'un adulte sont plus profondes, plus dures & plus épaisses; elles sont garnies d'une matiere spongieuse & d'un diploé qui sépare les racines des molaires, & elles sont en plus grand nombre; elles peuvent se rélargir & se retrécir suivant que les causes de compression agiront du centre à la circonférence & de la circonférence au centre; c'est ce qui fait que les alvéoles s [p. 306] dilatent quelquefois si fort que les dents ne sont plus affermies dans ces cavités, & qu'elles disparoissent dans les jeunes comme dans les vieux sujets.

Les alvéoles sont tapissées d'une membrane très sensible, qui paroît être nerveuse & qui envelope les racines de chaque dent; c'est de cette membrane & du nerf de la dent que vient la douleur appellée odontalgie ou mal de dent. Voyez Odontalgie & Mal de dent . (L).

Alvéole (Page 1:306)

Alvéole, s. m. alveolus. On a donné ce nom aux petites cellules dont sont composés les gâteaux de cire dans les ruches des abeilles. V. Abeille. Elles construisent ces alvéoles avec la cire qu'elles ont avalée. On a vû au mot Abeille, que les ouvrieres, après avoir avalé la cire brute, la changeoient dans leur estomac en vraie cire. Voyez Cire. L'abeille rend par la bouche la cire dont elle forme l'alvéole; cette cire n'est alors qu'une liqueur mousseuse & quelquefois une espece de bouillie qu'elle pose avec sa langue & qu'elle façonne avec ses deux dents; on voit la langue agir continuellement & changer de figure dans les differentes positions où elle se trouve; la pâte de cire se seche bientôt & devient de la vraie cire parfaitement blanche, car tous les alvéoles nouvellement faits sont blancs; s'ils jaunissent, & même s'ils deviennent bruns & noirs, c'est parce qu'ils sont exposés à des vapeurs qui changent leur couleur naturelle. On ne peut pas douter que la cire ne sorte de la bouche de l'abeille; car on la voit allonger un alvéole sans prendre de la cire nulle part, & sans en avoir aucune pelote à ses jambes; elle n'employe pas d'autre matiere que celle qui sort de sa bouche; il faut même qu'elle soit liquide pour être façonnée, ou au moins elle ne doit pas être absolument seche. On croit que les râclures d'un alvéole nouvellement fait, c'est - à - dire les petites parties que les ouvrieres enlevent en le réparant, peuvent servir à en construire d'autres: mais il est certain qu'elles n'employent jamais de la cire seche; on leur en a présenté sans qu'elles en aient pris la moindre particule; elles se contentent de la hacher pour en tirer tout le miel qui peut y être mêlé. Les alvéoles sont des tuyaux à six pans, posés sur une base pyramidale. Le fond de ces tuyaux est un angle solide, formé par la réunion de trois lames de cire de figure quadrilatérale; chacune de ces lames a la figure d'un rhombe, dont les deux grands angles ont chacun, à - peu - près, 110 degrés, & dont les deux petits angles ont par conséquent chacun environ 70 degrés. Cette figure n'est pas exactement la même dans tous les alvéoles; il y en a où les lames du fond paroissent quarrées: on trouve même des cellules dont le fond est composé de quatre pieces, quelquefois il n'y a que deux de ces pieces qui soient de figure quadrilatérale, les autres ont plus ou moins de côtés. Enfin ces pieces varient de figure & de grandeur: mais pour l'ordinaire ce sont des losanges ou des rhombes plus ou moins allongés, & il n'y en a que trois; elles sont réunies par un de leurs angles obtus, & se touchent par les côtés qui forment cet angle. Voilà une cavité pyramidale dont le sommet est au centre; la circonférence a trois angles saillans ou pleins, & trois angles rentrans ou vuides. Chaque angle saillant est l'angle obtus d'un losange dont l'angle opposé est au sommet de la pyramide; chaque angle rentrant est formé par les côtés des losanges qui ne se touchent pas, & qui sont par conséquent au nombre de six dans la circonférence du fond de l'alvéole. Ce fond est adapté à l'extrémité d'un tuyau exagone dont les pans sont égaux. Cette extrémité est terminée comme les bords du fond, par trois angles saillants ou pleins, & par trois angles rentrans ou vuides placés alternativement. Les arrêtes qui sont formées par la réunion des pans du tuyau exagone, aboutissent aux sommets des angles qui sont à son extrémité, alternativement à un angle saillant & à un angle rentrant. L'extrémité du tuyau étant ainsi terminée, le couvercle le ferme exactement; ses angles saillans sont reçûs dans les angles rentrans de l'extrémité du tuyau dont il reçoit les angles saillans dans ses angles rentrans. Il y a toûjours quelqu'irrégularité dans la figure des alvéoles. Les arretes du tuyau exagone qui devroient aboutir aux sommets des angles rentrans du fond, se trouvent un peu à côté. Ce défaut, si c'en est un, se trouve au moins dans deux angles, & souvent dans tous les trois; soit parce que les losanges du fond ne sont pas réguliers, soit parce que les pans de l'exagone ne sont pas égaux; il y en a au moins deux qui ont plus de largeur que les quatre autres, & qui sont opposés l'un à l'autre; quelquefois on en trouve trois plus larges que les trois autres. Cette irrégularité est moins sensible à l'entrée de l'alvéole que près du fond. Les tuyaux des alvéoles sont posés les uns sur les autres, & pour ainsi dire empilés, de façon que leurs ouvertures se trouvent du même côté, & sans qu'aucune déborde la surface du gâteau de cire qu'elles composent. V. Gateau de cire. L'autre face du gâteau est composée d'une pile de tuyaux disposés comme ceux de la premiere face; de sorte que les alvéoles de l'une des faces du gâteau & ceux de l'autre face se touchent par leur extrémité fermée. Toutes les alvéoles d'un gâteau étant ainsi rangées se touchent exactement sans laisser aucun vuide entre elles. On conçoit aisément qu'un tuyau exagone, tel qu'est un alvéole posé au milieu de six autres tuyaux exagones, touche par chacune de ses faces à une face de chacun des autres alvéoles; de sorte que chaque pan pourroit être commun à deux alvéoles; ce qui est bien éloigné de laisser du vuide entr'eux. Supposons que les deux piles de tuyau qui composent le gâteau, & qui se touchent par leurs extrémités fermées, c'est - à - dire par leurs fonds, soient séparées l'une de l'autre, on verra à découvert la face de chaque pile sur laquelle paroîtrontles parois extérieures des fonds des alvéoles. Ce fond qui est concave en - dedans, comme nous l'avons déja dit, est convexe en - dehors, & forme une pyramide qui se trouve creuse lorsqu'on regarde dans l'intérieur de l'alvéole, & saillante à l'extérieur. Si on se rappelle la figure des parois intérieures du fond qui est composé de trois losanges, &c. on aura la figure des parois extérieures; ce sont les mêmes losanges réunis par un de leurs angles obtus, ils se touchent par les côtés qui forment cet angle. La circonférence est composée de trois angles saillans & de trois angles rentrans, & par conséquent de six côtés. Toute la différence qui se trouve à l'extérieur, c'est que le centre est saillant. Les tuyaux exagones des alvéoles étant disposés, comme nous avons dit, considérons un alvéole, & les six autres alvéoles, dont il est environné. Les fonds pyramidaux de ces six alvéoles, forment en se joignant avec le fond de l'alvéole qui est au centre, trois pyramides creuses & renversées, semblables à celles qui sont formées par les parois intérieures des fonds; aussi ces pyramides renversées servent - elles de fond aux alvéoles qui remplissent l'autre face du gâteau que nous avons supposé être partagé en deux parties.

M. Koenig a démontré que la capacité d'une cellule à six pans & à fond pyramidal quelconque fait de trois rhombes semblables & égaux, étoit toûjours égale à la capacité d'une cellule à fond plat dont les pans rectangles ont la même longueur que les pans en trapese de la cellule pyramidale, & cela quels que soient les angles des rhombes. Il a aussi démontré qu'entre les cellules à fond pyramidal, celle dans laquelle il entroit le moins de matiere avoit son [p. 307] fond composé de trois rhombes dont chaque grand angle étoit de 109 degrés 26 minutes, & chaque petit angle de 70 degrés 34 minutes. Cette solution est bien d'accord avec les mesures précises de M. Maraldi, qui sont de 109 degrés 28 minutes pour les grands angles, & de 70 degrés 32 minutes pour les petits. Il est donc prouvé, autant qu'il peut l'être, que les abeilles construisent leurs alvéoles de la façon la plus avantageuse pour épargner la cire: cette sorte de construction est aussi la plus solide; chaque fond d'alvéole est retenu par les pans des alvéoles qui se trouvent derriere: cet appui paroît nécessaire, car les fonds & les pans de l'alvéole sont plus minces que le papier le plus fin. Le bord de l'alvéole est trois ou quatre fois plus épais que le reste; c'est une espece de bourlet qui le rend assez fort pour résistér aux mouvemens des abeilles qui entrent dans l'alyéole & qui en sortent. Ce bord est plus épais dans les angles de l'exagone que sur les pans; il est pour ainsi dire presque impossible de voir dans les ruches, & même dans les ruches vitrées qui sont faites expres pour l'observation, quelles sont les parties de l'alyéole que les abeilles forment les premieres. Il y a un moyen plus simple; il faut prendre des gâteaux, surtout ceux qui sont nouvellement faits, & examiner les cellules qui se trouvent sur leurs bords, elles ne sont que commencées: il y en a dont la construction est plus ou moins avancée; on a reconnu que les abeilles commençoient l'alvéole par le fond, qu'elles formoient d'abord un des rhombes; elles élevent sur les deux côtés de ce rhombe, qui doivent se trouver à la circonférence du fond, la naissance de deux pans de l'exagone; ensuite elles font un second rhombe du fond avec les commencemens de deux autres pans de l'exagone, & enfin le troisieme rhombe complete le fond, & deux pans qu'elles ajoûtent ferment l'exagone. Le fond étant fait & le tuyau exagone commencé, elles l'allongent & le finissent en appliquant le bourlet sur les bords de l'ouverture. Elles construisent en même tems plusieurs fonds les uns à côté des autres; & pendant que les unes font des cellules sur l'un des côtés de ces fonds, les autres en construisent de l'autre; desorte qu elles font les deux faces d'un gâteau en même tems. Il leur en faut beaucoup pour dresser les parois des cellules, pour les amincir, pour les polir; chaque cellule ne peut contenir qu'une ouvriere; on la voit y entrer la tête la premiere; elle ratisse les parois avec ses dents; elle fait une petite pelotte grosse comme la tête d'une épingle avec les particules de cire qu'elle a détachées, & à l'instant elle emporte la pelotte: une autre fait la même manoeuvre, & ainsi de suite jusqu'à ce que l'alvéole soit fini.

Les alvéoles servent de dépôt pour conserver le miel, les oeufs & les vers des abeilles: comme ces oeufs & ces vers sont de différentes grosseurs, Voyez Abeille, les abeilles font des alvéoies de différente grandeur pour les loger. Les plus petits sont pour les vers qui doivent se changer en abeilles ouvrieres; le diametre de ces cellules est d'environ deux lignes 2/3, & la profondeur est de cinq lignes 1/2, & le gâteau composé de deux rangs de ces cellules a environ dix lignes d'épaisseur; les cellules où doivent naître les faux bourdons sont profondes de huit lignes, souvent plus, & quelquefois moins; elles ont trois lignes 17/50 ou à peu près trois lignes & un tiers de ligne de diametre pris dans un sens: mais le diametre qu'on prend en sens contraire est plus petit d'une neuvieme partie; cette différence vient de ce que l'exagone de ces alvéoles a deux faces opposées plus petites que les quatre autres; il y a aussi quelque différence, mais bien moins sensible entre les diametres des petites cellules. Les deux sortes d'alvéoles dont on vient de donner les dimensions, ne servent pas seule<cb-> ment â loger les oeufs & ensuite les vers; souvent les abeilles les remplissent de miel lorsqu'elles les trouvent vuides. Il y a aussi des cellules dans lesquelles elles ne mettent jamais que du miel, celles - ci sont plus profondes que les autres: on en a vû qui n'avoient pas plus de diametre que les plus petites, & dont la profondeur étoit au moins de dix lignes. Lorsque la récolte du miel est abondante, elles allongent d'anciens alvéoles pour le renfermer, ou elles en font de nouveaux qui sont plus profonds que les autres. Lorsque les parois de la ruche, ou quelqu'autre circonstance gênent les abeilles dans la construction de leur alvéole, elles les inclinent, elles les courbent, & les disposent d'une maniere irréguliere.

Les alvéoles destinés à servir de logement aux vers qui doivent se métamorphoser en abeilles meres, sont absolument différens des autres alvéoles; on n'y voit aucune apparence de la figure - exagone; ils sont arrondis & oblongs; l'un des bouts est plus gros que l'autre; leur surface extérieure est parsemée de petites cavités. Ces cellules paroissent être grossierement construites; leur parois sont fort épaisses, une seule de ces cellules peut peser autant que 150 cellules ordinaires: le lieu qu'elles occupent semble être pris au hasard; les unes sont posées au milieu d'un gâteau sur plusieurs cellules exagones; d'autres sont suspendues aux bords des gâteaux. Le gros bout est toûjours en haut; ce bout par lequel les ouvrieres commencent la construction de l'alvéole est quelquefois suspendu par un pédicule: mais à mesure que l'alvéole s'allonge, il s'étrécit; enfin il est terminé par le petit bout qui reste ouvert. La cellule entiere a 15 ou 16 lignes de profondeur; lorsque ces alvéoles ne sont qu'à demi faits, leur surface est lisse; dans la suite les ouvrieres y appliquent de petits cordons de cire qui y forment des cavités. On croit que ces cavités sont les premiers vestiges des cellules ordinaires qui seront construites dans la suite sur ces grands alvéoles. Lorsque les abeilles femelles sont sorties de ceux qui pondent aux bords des gâteaux, les ouvrieres raccourcissent ces alvéoles, & les enveloppent en allongeant les gâteaux; ils sont alors recouverts par des cellules ordinaires qui sont plus élevées dans cet endroit du gâteau, où il est plus épais qu'ailleurs. Il y a des ruches où il ne se trouve que deux ou trois grands alvéoles; on en a vû jusqu'à quaranre dans d'autres: c'est au printems qu'il faut chercher ces alvéoles; car dans une autre saison, ils pourroent tous être recouverts par d'autres cellules. Mém. de l'Acad. Royale des Scienc. 1712, & Mém. pour servir à l'Histoire des insectes, par M. de Reaumur. (I)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.