ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

ACCUSATIF (Page 1:91)

ACCUSATIF, s. m. terme de Grammaire; c'est ainsi qu'on appelle le 4e cas des noms dans les Langues qui ont des déclinaisons, c'est - à - dire, dans les Langues dont les noms ont des terminaisons particulieres destinées à marquer différens rapports, ou vûes particulieres sous lesquelles l'esprit considere le même objet. « Les cas ont été inventés, dit Varron, afin que celui qui parle puisse faire connoître, ou qu'il appelle, ou qu'il donne, ou qu'il accuse. Sunt destinati casus ut qui de altero diceret, distinguere posset, quùm vocaret, quùm daret, quùm accusaret; sic alia quoedam discrimina quoe nos & Groecos ad declinandum duxerunt. Varro, lib. I. de Anal.

Au reste les noms que l'on a donnés aux différens cas ne sont tirés que de quelqu'un de leurs usages, & sur - tout de l'usage le plus fréquent, ce qui n'empêche pas qu'ils n'en aient encore plusieurs autres, & même de tout contraires; car on dit également donner à quelqu'un, & ôter à quelqu'un, défendre & accuser quelqu'un; ce qui a porté quelques Grammairiens (tel est Scaliger) à rejetter ces dénominations, & à ne donner à chaque cas d'autre nom que celui de premier, second, & ainsi de suite jusqu'à l'ablatif, qu'ils appellent le sixieme cas.

Mais il suffit d'observer que l'usage des cas n'est pas restraint à celui que leur dénomination énonce. Tel est un Seigneur qu'on appelle Duc ou Marquis d'un tel endroit; il n'en est pas moins Comte ou Baron d'un autre. Ainsi nous croyons que l'on doit conserver ces anciennes dénominations, pourvû que l'on explique les différens usages particuliers de chaque cas.

L'accusatif fut donc ainsi appellé, parce qu'il servoit à accuser, accusare aliquem: mais donnons à accuser la signification de déclarer, signification qu'il a même souvent en François, comme quand les Négocians disent accuser la réception d'une Lettre; & les joüeurs de Piquet, accuser le point. En déterminant ensuite les divers usages de ces cas, j'en trouve trois qu'il faut bien remarquer.

1. La terminaison de l'accusatif sert à faire connoître le mot qui marque le terme ou l'objet de l'action que le verbe signifie. Augustus vicit - Antonium, Auguste vainquit Antoine. Antonium est le terme de l'action de vaincre; ainsi Antonium est à l'accusatif, & détermine l'action de vaincre. Vocem proecludit metus, dit Phedre en parlant des grenouilles épouvantées du bruit que fit le soliveau que Jupiter jetta dans leur marais; la peur leur étouffa la voix, vocem est donc l'action de proecludit. Ovide parlant du palais du Soleil, dit que materiem superabat opus; materiem ayant la terminaison de l'accusatif, me fait entendre que le travail surpassoit la matiere. Il en est de même de tous les verbes actifs transitifs, sans qu'il puisse y avoir d'exception, tant que ces verbes sont présentés sous la forme d'actifs transitifs.

Le second service de l'accusatif c'est de terminer une de ces prépositions qu'un usage arbitraire de la Langue Latine détermine par l'accusatif. Une préposition n'a par elle - même qu'un sens appellatif; elle ne marque qu'une sorte, une espece de rapport particulier: mais ce rapport est ensuite appliqué, & pour ainsi dire individualisé par le nom qui est le complément de la préposition: par exemple, il s'estleyé avant, cette préposition avant marque une priorité. Voilà l'espece de rapport: mais ce rapport doit être déterminé. Mon esprit est en suspens jusqu'à ce que vous me disiez avant qui ou avant quoi. Il s'est levé avant le jour, ante diem; cet accusatif diem détermine, [p. 92] fixe la signification de ante. J'ai dit qu'en ces occasions ce n'étoit que par un usage arbitraire que l'on donnoit au nom déterminant la terminaison de l'accusatif; car au fond ce n'est que la valeur du nom qui détermine la préposition: & comme les noms Latins & les noms Grecs ont différentes terminaisons, il falloit bien qu'alors ils en eussent une; or l'usage a consacré la terminaison de l'accusatif après certaines prépositions, & celle de l'ablatif après d'autres; & en Grec il y a des prépositions qui se construisent aussi avec le génitif.

Le troisieme usage de l'accusatif est d'être le suppôt de l'infinitif, comme le nominatif l'est avec les modes finis; ainsi comme on dit à l'indicatif Petrus legit, Pierre lit, on dit à l'infinitif Petrum legere, Pierre lire, ou Petrum legisse, Pierre avoir lû. Ainsi la construction de l'infinitif se trouve distinguée de la construction d'un nom avec quelqu'un des autres modes; car avec ces modes le nom se met au nominatif.

Que si l'on trouve quelquefois au nominatif un nom construit avec un infinitif, comme quand Horace a dit patiens vocari Casaris ultor, au lieu de patiens te vocari ultorem; c'est ou par imitation des Grecs qui construisent indifféremment l'infinitif, ou avec un nominatif, ou avec un accusatif, ou bien c'est par attraction; car dans ce passage d'Horace, ultor est attiré par patiens, qui est au même cas que filius Maioe: tout cela se fait par le rapport d'identité. Voyez Construction.

Pour épargner bien des peines, & pour abreger bien des regles de la méthode ordinaire au sujet de l'accusatif, observez:

1°. Que lorsqu'un accusatif est construit avec un infinitif, ces deux mots forment un sens particulier équivalent à un nom, c'est - à - dire, que ce sens seroit exprimé en un seul mot par un nom, si un tel nom avoit été introduit & autorisé par l'usage. Par exemple, pour dire Herum esse semper lenem, mon maître est toûjours doux, Terence a dit heri semper lenitas.

2°. D'où il suit que comme un nom peut être le sujet d'une proposition, de même ce sens total exprimé par un accusatif avec un infinitif, peut aussi être, & est souvent le sujet d'une proposition.

En second lieu, comme un nom est souvent le terme de l'action qu'un verbe actif transitif signifie, de même le sens total énoncé par un nom avec un infinitif est aussi le terme ou objet de l'action que ces sortes de verbes expriment. Voici des exemples de l'un & de l'autre, & premierement du sens total qui est le sujet de la proposition, ce qui, ce me semble, n'est pas assez remarqué. Humanam rationem proecipitationi & proejudicio esse obnoxiam satis compertum est. Cailly, Phil. Mot à mot, l'entendement humain être sujet à la précipitation & au préjugé est une chose assez connue. Ainsi la construction est: hoc, nempe humanam rationem esse obnoxiam proecipitationi & proejudicio, est XRHMA seu negotium satis compertum. Humanam rationem esse obnoxiam proecipitationi & proejudicio, voilà le sens total qui est le sujet de la proposition; est satis compertum en est l'attribut.

Caton dans Lucain, Liv. II. v. 288. dit que s'il est coupable de prendre le parti de la République, ce sera la faute des Dieux. Crimen erit Superis & me fecisse nocentem. Hoc, nempe Deos fecisse me nocentem, de m'avoir fait coupable, voilà le sujet dont l'attribut est erit crimen Superis. Plaute, Miles gl. act. III. scen. j. v. 109. dit que c'est une conduite loüable pour un homme de condition qui est riche, de prendre soin lui - même de l'éducation de ses enfans; que c'est élever un monument à sa maison & à lui - même. Laus est magno in genere & in divitiis maximis liberos, hominem educare, generi monumentum & sibi. Construisez, hominem constitutum magno in genere & divitiis maximis educare liberos, monumentum generi & sibi, hoc, inquam, est laus; ainsi est laus est l'attribut, & les mots qui précédent font un sens total, qui est le sujet de la proposition.

Il y a en François & dans toutes les langues un grand nombre d'exemples pareils; on en doit faire la construction suivant le même procédé. Il est doux de trouver dans un amant qu'on aime, un époux que l'on doit aimer, Quinault. Il, illud, à savoir l'avantage, le bonheur de trouver dans un amant qu'on aime un époux que l'on doit aimer. Voilà un sens total, qui est le sujet de la proposition; on dit de ce sens total, de ce bonheur, de ce il, qu'il est doux; ainsi est doux, c'est l'attribut.

Quàm bonum est correptum manifestare poenitentiam! est negotium quàm bonum. Eccli, c. xx. v. 4. construisez: Hoc, nempe hominem correptum manifestare poenitentiam, est negotium quàm bonum! Il est beau pour celui qu'on reprend de quelque faute, de faire connoître son repentir. Il vaut mieux pour un esclave d'être instruit que de parler, plus scire satius est quàm loqui hominem servum. Plaute, act. I.scen. j. v. 57. construisez: Hoc, nempe hominem servum plus scire, est satius quam hominem servum loqui. Homines esse amicos Dei, quanta est dignitas! Qu'il est glorieux pour les hommes, dit Saint Grégoire le Grand, d'être les amis de Dieu! où vous voyez que le sujet de la proposition est ce sens total, homines esse amicos Dei. Le même procédé peut faire la construction en François, & dans quelqu'autre Langue que ce puisse être. Il, illud, à savoir d'être les amis de Dieu, est combien glorieux pour les hommes! Mihi semper placuit non Rege solum, sed regno liherari Rempublicam. Lett. VII. de Brutus à Ciceron. Hoc, scilicet Rempublicam liberari non solum, à Rege, sed regno, placuit mihi. J'ai toûjours souhaité que la République fût délivrée non - seulement du Roi, mais même de l'autorité royale.

Je pourrois rapporter un bien plus grand nombre d'exemples pareils d'accusatifs qui forment avec un infinitif un sens qui est le sujet d'une proposition: passons à quelques exemples où le sens formé par un accusa & un infinitif, est le terme de l'action d'un verbe actif transitif.

A l'égard du sens total, qui est le terme de l'action d'un verbe actif, les exemples en sont plus communs. Puto te esse doctum; mot à mot, je crois toi être sçavant; & selon notre construction usuelle, je crois que vous êtes savant. Sperat se palmam esse relaturum, il espere soi être celùi qui doit remporter la victoire, il espere qu'il remportera la victoire.

La raison de ces accusatifs Latins est donc qu'ils forment un sens qui est le terme de l'action d'un verbe actif; c'est donc par l'idiotisme de l'une & de l'autre Langue qu'il faut expliquer ces facons de parler, & non par les regles ridicules du que retranché.

A l'égard du François, nous n'avons ni déclinaison ni cas; nous ne faisons usage que de la simple dénomination des noms, qui ne varient leur terminaison que pour distinguer le pluriel du singulier. Les rapports ou vûes de l'esprit que les Latins font connoître par la différence de la terminaison d'un même nom, nous les marquons, ou par la place du mot, ou par le secours des prépositions. C'est ainsi que nous marquons le rapport de l'accusatif en plaçant le nom après le verbe. Auguste vainquit Antoine, le travail surpassoit la matiere. Il n'y a sur ce point que quelques observations à faire par rapport aux pronoms. Voyez Article, Cas, Construction . (F)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.