ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous subarticle

Action (Page 1:123)

Action de Compagnie. C'est une partie ou égale portion d'intérêt dont plusieurs jointes ensemble composent le fonds capital d'une Compagnie de Commerce. Ainsi une Compagnie qui a trois cens actions de mille livres chacune, doit avoir un fonds de trois cens mille livres: ce qui s'entend à proportion si les actions sont réglées ou plus haut ou plus bas.

On dit qu'une personne a quatre ou six actions dans une compagnie, quand il contribue au fonds capital, & qu'il y est intéressé pour quatre ou six mille livres, si chaque action est de mille livres, comme on vient de le supposer.

Un Actionnaire ne peut avoir voix jélibérative dans les assemblées de la Compagnie, qu'il n'ait un certain nombre d'actions fixé par les Lettres patentes de l'établissement de la Compagnie; & il ne peut être Directeur qu'il n'en ait encore une plus grande quantité. Voyez Compagnie.

Action s'entend aussi des obligations, contrats & reconnoissances que les Directeurs des Compagnies de Commerce délivrent à ceux qui ont porté leurs deniers à la caisse, & qui y sont intéressés. Ainsi délivrer une action, c'est donner & expédier en forme le titre qui rend un Actionnaire propriétaire de l'action qu'il a prise.

Les actions des Compagnies de Commerce haussent ou baissent suivant que ces Compagnies prennent faveur ou perdent de leur crédit. Peu de chose cause quelquefois cette augmentation ou cette diminution du prix des actions. Le bruit incertain d'une rupture avec des Puissances voisines, ou l'espérance d'une paix prochaine, suffisent pour faire baisser ou hausser considérablement les actions. On se rappelle avec étonnement, & la postérité aura peine à croire comment en 1719 les actions de la Compagnie d'Occident, connue depuis sous le nom de Compagnie des Indes, monterent en moins de six mois jusqu'à 1900 pour cent.

Le commerce des actions est un des plus importans qui se fasse à la Bourse d'Amsterdam & des autres villes des Provinces Unies où il y a des Chambres de la Compagnie des Indes Orientales. Ce quirend ce commerce souvent très - lucratif en Hollande, c'est qu'il se peut faire sans un grand fonds d'argent comptant, & que pour ainsi dire il ne consiste que dans une vicissitude continuelle d'achats & de reventes d'actions qu'on acquiert quand elles baissent, & dont on se désait quand elles haussent.

L'on se sert presque toûjours d'un courtier lorsqu'on veut acheter ou vendre des actions de la Compagnie Hollandoise; & quand on est convenu de prix, le vendeur en fait le transport & en signe la quittance en présence d'un des Directeurs qui les fait enregistrer par le Secrétaire ou Greffier; ce qui suffit pour transporter la propriété des parties vendues du vendeur à l'acheteur. Les droits du Courtier pour sanégociation se payent ordinairement à raison de six florins pour chaque action de cinq cens livres de gros, moitié par l'acheteur & moitié par le vendeur.

Ce commerce est très - policé. Il n'en étoit pas de même de celui qui s'étoit établi en 1719 dans la rue Quinquempoix sans autorité, & qui a plus ruiné de familles qu'il n'en a enrichi. Aujourd'hui la Compagnie des Indes a donné parmi nous une forme réguliere au commerce des actions.

Les actions Françoises sont présentement de trois sortes: savoir, des actions simples, des actions rentieres, & des actions intéressées.

Les actions simples sont celles qui ont part à tous les profits de la Compagnie, mais qui en doivent aussi supporter toutes les pertes, n'ayant d'autre caution que le seul fonds de la Compagnie même.

Les actions rentieres sont celles qui ont un profit sûr de deux pour cent, dont le Roi s'est rendu garant, comme il l'étoit autrefois des rentes sur la Ville, [p. 124] mais qui n'ont point de part aux répartitions ou dividendes.

Les actions intéressées tiennent pour ainsi dire le milieu entre les deux; elles ont deux pour cent de revenu fixe, avec la garantie du Roi, comme les actions rentieres, & outre cela elles doivent partager l'excédent du dividende avec les actions simples. Ces dernieres actions ont été créées en faveur des Communautés ecclésiastiques qui pouvoient avoir des remplacemens de deniers à faire.

Il y a quelques termes établis & propres au négoce des actions, comme ceux de dividend ou dividende, action nourrie, nourrir une action, fondre une action, qu'il est bon d'expliquer.

Nourrir une action, c'est payer exactement à leur échéance les diverses sommes pour lesquelles on a fait sa soûmission à la caisse de la Compagnie, suivant qu'il a été réglé par les Arrêts du Conseil donnés pour la création des nouvelles actions.

Fondre des actions, c'est les vendre & s'en défaire suivant les besoins qu'on a de ses fonds, soit pour nourrir d'autres actions, soit pour ses autres affaires.

Une action nourrie est celle dont tous les payemenssont faits, & qui est en état d'avoir part aux dividendes ou répartitions des profits de la Compagnie. Jusqu'à cet entier & parfait payement, ce n'est pas proprement une action, mais simplement une soûmission. Voyez Soumission.

Dividend ou dividende, c'est ce qu'on nomme autrement répartition, c'est - à - dire la part qui revient à chaque Actionnaire dans les profits d'une Compagnie, jusqu'au prorata de ce qu'il y a d'actions. V. Actionaire & Répartition.

En Angleterre les actions les plus anciennes, & qui se soûtiennent le mieux, sont celles du Sud, celles des Indes & celles de la Banque. Il se forma à Londres vers 1719 une Compagnie d'assûrances dont les actions furent d'abord très - brillantes, & tomberent totalement sur la sin de 1720. On peut voir dans le Dictionnaire du Commerce les différentes révolutions qu'a éprouvées le négoce des actions depuis 1719 jusqu'à 1721, tant en Angleterre que dans diverses nouvelles Compagnies de Hollande. (G)

Next subarticle


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.