ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous subarticle

Action (Page 1:121)

Action en Poësie, ce qui fait le sujet ou la matiere d'un Poëme.

On en distingue de deux sortes: l'action principale, qu'on nomme proprement action ou fable. Voyez Fable. Et l'action incidente, qu'on appelle autrement Episode. Voyez Episode & Episodique. Nous ne traiterons que de la premiere.

Comme le grand Poëme se divise en Epique & en Dramatique, chacune de ces especes a aussi son action particuliere. Celle du Poëme Dramatique doit être une, intriguée, dénouée & complete, & d'une durée beaucoup moindre que celle qu'on donne à l'action du Poëme Epique. Voyez Dramatique, Intrigue, Denouement, Unité, Tragedie , &c.

L'action du Poëme Epique doit être grande, une, entiere, merveilleuse, & d'une certaine durée.

1°. Elle doit être grande, c'est - à - dire, noble & intéressante. Une avanture commune, ordinaire, ne fournissant pas de son propre fonds les instructions que se propose le Poëme Epique, il faut que l'action soit importante & héroïque. Ainsi dans l'Eneïde un Héros échappé des ruines de sa patrie, erre longtems avec les restes de ses Concitoyens qui l'ont choisi pour Roi; & malgré la colere de Junon qui le poursuit sans relâche, il arrive dans un pays que lui promettoient les destins, y défait des ennemis redoutables; & après mille traverses surmontées avec autant de sagesse que de valeur, il y jette les fondemens d'un puissant Empire. Ainsi la conquête de Jérusalem par les Croisés; celle des indes par les Fortugais; la réduction de Paris par Henri le Grand, malgré les efforts de la Ligue, sont le sujet des Poëmes du Tasse, du Camoens, & de M. de Voltaire; d'où il est aisé de conclurre qu'une historiette, une intrigue amoureuse, ou telle autre aventure qui fait le fonds de nos romans, ne peut jamais devenir la matiere d'un Poëme Epique, qui veut dans le sujet de la noblesse & de la majesté.

Il y a deux manieres de rendre l'action épique intéressante: la premiere par la dignité & l'importance des personnages. C'est la seule dont Homere fasse usage, n'y ayant rien d'ailleurs d'important dans ses modeles, & qui ne puisse arriver à des personnages ordinaires. La seconde est l'importance de l'action en elle - même, comme l'établissement ou l'abolition d'une Religion ou d'un Etat, tel qu'est le sujet choisi par Virgile, qui en ce point l'emporte sur Homere. L'action de la Henriade réunit dans un haut degré ce double intérêt,

Le P. le Bossu ajoûte une troisieme maniere de jetter de l'intérêt dans l'action; savoir, de donner aux lecteurs une plus haute idée des personnages du Poëme que celle qu'on se fait ordinairement des hommes, & cela en comparant les Héros du Poëme avec les hommes du siecle présent. Voyez Héros & Caractere.

2°. L'action doit être une, c'est - à - dire que le Poëte doit se borner à une seule & unique entreprise illustre exécutée par son Héros, & ne pas embrasser l'histoire de sa vie toute entiere. L'Iliade n'est que l'histoire de la colere d'Achille, & l'Odyssée, que celle du retour d'Ulysse à Itaque. Homere n'a voulu décrire ni toute la vie de ce dernier, ni toute la guerre de Troie. Stace au contraire dans son Achilléide, & Lucain dans sa Pharsale, ont entassé trop d'évenemens décousus pour que leurs ouvrages méritent le nom de Poëmes Epiques. On leur donne celui d'héroïques, parce qu'il s'y agit de Héros. Mais il fant prendre garde que l'unité du Héros ne fait pas l'unité de l'action. La vie de l'homme est pleine d'inégalités; il change sans cesse de dessein, ou par l'inconstance de ses passions, ou par les accidens imprévûs de la vie. Qui voudroit décrire tout l'homme, ne formeroit qu'un tableau bisarre, un contraste de passions opposées sans liaison & sans ordre. C'est pourquoi l'épopée n'est pas la loüange d'un Héros qu'on se propose pour modele, mais le récit d'une action grande & illustre qu'on donne pour exemple.

Il en est de la Poësie comme de la Peinture. L'unité de l'action principale n'empêche pas qu'on n'y mette plusieurs incidens particuliers, & ces incidens se nomment Episodes. Le dessein est formé dès le commencement du Poëme, le Héros en vient à bout en franchissant tous les obstacles: c'est le récit de ces oppositions qui fait les Episodes: mais tous ces Episodes dépendent de l'action principale, & sont tellement liés avec elle & si unis entre - eux, qu'on ne perd jamais de vûe ni le Héros, ni l'action que le Poëte s'est proposé de chanter. Au moins doit - on suivre inviolablement cette regle, si l'on veut que l'unité d'action soit conservée. Discours sur le Poëme Epique à la tête du Telemaq. pag. 12 & 13. Princip. pour la lect. des Poëtes, tome II. pag. 109.

3°. Pour l'intégrité de l'action il faut, selon Aristote, qu'il y ait un commencement, un milieu, & une sin: précepte en soi - même assez obscur, mais que le P. le Bossu développe de la sorte. « Le commencement, dit - il, ce sont les causes qui influeront sur une action, & la résolution que quelqu'un prend de la faire; le milieu, ce sont les effets de ces causes & les difficultés quen traversent l'exécution; & la fin, c'est le dénouement & da cessation de ces difficultés ».

« Le Poëte, ajoûte le même Auteur, doit commencer son action de maniere qu'il mette le lecteur en état d'entendre tout ce qui suivra, & que de plus ce commencement exige nécessairement une suite. Ces deux mêmes principes pris d'une maniere inverse, auront aussi lieu pour la sin; c'est - à - dire, qu'il faudra que la sin ne laisse plus rien à attendre, & qu'elle soit nécessairement la suite de quelque chose qui aura précédé: enfin il faudra que le commencement soit lié à la fin par le milieu, qui est l'effet de quelque chose qui a précédé, & la cause de ce qui va suivre ».

Dans les causes d'une action on remarque deux plans opposés. Le premier & le principal est celui du Héros: le second comprend les desseins qui nuisent au projet du Héros. Ces causes opposées produisent aussi des effets contraires; savoir, des efforts de la part du Héros pour exécuter son plan, & des efforts contraires de la part de ceux qui le traversent: comme les causes & les desseins, tant du Héros que des autres personnages du Poëme, forment le commencement de l'action, les efforts contraires en forment le milieu. C'est - là que se forme le noeud ou l'intrigue, en quoi consiste la plus grande partie du Poëme. Voyez Intrigue, Noeud.

La solution des obstacles est ce qui fait le dénouement, & ce dénouement peut se pratiquer de deux manieres, ou par une reconnoissance, ou sans reconnoissance; ce qui n'a lieu que dans la Tragédie. Mais dans le Poëme Epique, les différens effets que le dénouement produit, & les divers états dans lesquels il laisse les personnages du Poëme, partagent l'action en autant de branches. S'il change le sort des principaux personnages, on dit qu'il y - a péripétie, & alors l'action est implexe. S'il n'y a pas de péripétie, [p. 122] mais que le dénouement n'opere que le passage d'un état de trouble à un état de repos, on dit que l'action est simple. Voyez Péripétie, Catastrophe, Dénouement . Le P. le Bossu, Traité du Poëme Epique.

4°. L'action de l'Epopée doit être merveilleuse, c'est - à - dire, pleine de fictions hardies, mais cependant vraissemblables. Telle est l'intervention des divinités du paganisme dans les Poëmes des Anciens, & dans ceux des Modernes celle des passions personnifiées. Mais quoique le Poëte puisse aller quelquefois au - delà de la nature, il ne doit jamais choquer la raison. Il y a un merveilleux sage & un merveilleux ridicule. On trouvera sous les mots Machines & Merveilleux cette matiere traitée dans une juste étendue. Voyez Machine & Merveilleux.

5°. Quant à la durée de l'action du Poëme Epique, Aristote observe qu'elle est moins bornée que celle d'une Tragédie. Celle - ci doit être renfermée dans un jour, ou comme on dit entre deux soleils. Mais l'Epopée, selon le même Critique, n'a pas de tems borné. En effet, la Tragédie est remplie de passions véhémentes, rien de violent ne pèut être de longue durée: mais les vertus & les habitudes qui ne s'acquierent pas tout d'un coup, sont propres au Poëme Epique, & par conséquent son action doit avoir une plus grande étendue. Le P. le Bossu donne pour regle que plus les passions des principaux personnages sont violens, & moins l'action doit durer: qu'en conséquence l'action de l'Iliade, dont le courroux d'Achille est l'ame, ne dure que quarante - sept jours; au lieu que celle de l'Odyssée, où la prudence est la qualité dominante, dure huit ans & demi; & celle de l'Enéide, où le principal personnage est un Héros pieux & humain, près de sept ans.

Mais ni la regle de cet Auteur n'est incontestable, ni son sentiment sur la durée de l'Odyssée & sur celle de l'Iliade n'est exact. Ca quoique l'Epopée puisse renfermer en narration les actions de plusieurs années, les critiques pensent assez généralement que le tems de l'action principale, depuis l'endroit où le Poëte commence sa narration, ne peut être plus long qu'une année, comme le tems d'une action tragique doit être au plus d'un jour. Aristote & Horace n'en disent rien pourtant: mais l'exemple d'Homere & de Virgile le prouve. L'Iliade ne dure que quarantesep jours: l'Odyssée ne commence qu'au départ d'Ulysse de l'isle d'Ogygie; & l'Enéide, qu'à la tempête qui jette Enée sur les côtes de Carthage: Or depuis ces deux termes, ce qui se passe dans l'Odyssée ne dure que deux mois, & ce qui arrive dans l'Enéide remplit l'espace d'un an. Il est vrai qu'Ulysse chez Alcinoüs, & Enée chez Didon, racontent leurs aventures passées, mais ces récits n'entrent que comme récits dans la durée de l'action principale; & le cours des années qu'ont pour ainsi dire consumé ces évenemens, ne fait en aucune maniere partie de la durée du Poëme. Comme dans la Tragédie, les évenemens racontés dans la Protase, & qui servent à l'intelligence de l'action dramatique, n'entrent point dans sa durée; ainsi l'erreur du P. le Bossu est manifeste. Voyez Protase. Voyez aussi Fable. (G)

Next subarticle


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.