ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

ACTEUR (Page 1:117)

ACTEUR se dit de tout homme qui agit. Voyez Acte, Action, Avocat.

Acteur (Page 1:117)

Acteur, en parlant du Théatre, signifie un homme qui joue un rôle dans une piece, qui y représente quelque personnage ou caractere. Les femmes se nomment Actrices, & tous sont compris sous le nom général d'Acteurs.

Le Drame originairement ne consistoit qu'en un simple choeur qui chantoit des hymnes en l'honneur de Bacchus, desorte que les premiers Acteurs n'étoient quedes Chanteurs & des Musiciens. Voyez Personnage, Tragédie, Caractere, Choeur

Thespis fut le premier qui à ce choeur tres - informe mêla, pour le soulager, un Déclamateur qui récitoit quelqu'autre avanture héroïque ou comique. Eschyle à qui ce personnage seul parut ennuyeux, tenta d'en introduire un second, & convertit les anciens récits en dialogues. Avant lui, les Acteurs barbouillés de lie, & trainés sur un tombereau, amusoient les passans: il donna la premiere idée des théatres, & à ses Acteurs des habillemens plus majestueux, & une chaussure avantageuse qu'on nomma brodequins ou cothurne. Voyez Brodequin.

Sophocle ajoûta un troisieme Acteur, & les Grecs se bornerent à ce nombre; c'est - à - dire, qu'on regarda comme une regle du poëme dramatique de n'admettre jamais sur la scene plus de trois interlocuteurs à la fois: regle qu'Horace a exprimée dans ce vers,

Nec quarta loqui Persona laboret.

Ce qui n'empêchoit pas que les troupes de Comédiens ne fussent plus nombreuses: mais selon Vossius, le nombre de tous les Acteurs nécessaires dans une piece ne devoit pas excéder celui de quatorze. Avant l'ouverture de la piece, on les nommoit en plein théatre, & l'on avertissoit du rôle que chacun d'eux avoit à remplir. Les Modernes ont quelquefois mis sur le théatre un plus grand nombre d'Acteurs pour augmenter l'intérêt par la variété des personnages: mais il en a souyent résulté de la confusion dans la conduite de la piece.

Horace parle d'une espece d'Acteurs secondaires en usage de son tems, & dont le rôle consistoit à imiter les Acteurs du premier ordre, & à donner à ceux - ci le plus de lustre qu'ils pouvoient en contre - faisant les Nains. Au reste on sait peu quelles étoient leurs fonctions.

Les anciens Acteurs déclamoient sous le masque, & étoient obligés de pousser extrèmement leur voix pour se faire entendre à un peuple innombrable qui remplissoit les amphitéatres: ils étoient accompagnés d'un Joueur de flûte qui préludoit, leur donnoit le ton, & joiioit pendant qu'ils déclamoient.

Autant les Acteurs étoient en honneur à Athenes, où on les chargeoit quelquefois d'Ambassades & de Négociations, autant étoient - ils méprisés à Rome: non seulement ils n'avoient pas rang parmi les citoyens, mais même lorsque quelque citoyen montoit sur le théatre, il étoit chassé de sa tribu, & privé du droit de suffrage par les Censeurs. C'est ce que dit expressément Scipion dans Ciceron cité par Saint Augu. liv. II. de la cité de Dieu, c. XIII. cùm artem ludicram scenamque totam probro ducerent, genus id hominum, non modo honore reliquorum civium, sed etiam tribu moveri notatione censoriâ voluerunt; & l'exemple de Roscius dont Ciceron faisoit tant de cas, ne prouve point le contraire. L'Orateur estime à la vrité les talens du Comédien: mais il fait encore plus de cas de ses vertus, qui le distinguoient tellement de ceux de sa profession, qu'elles sembloient devoir l'exclurre du théatre. Nous avons à cet égard à peu près les mêmes idées que les Romains: & les Anglois paroissent avoir en partie adopté celles des Grecs. (G)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.