ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

BUCCINE (Page 2:456)

BUCCINE, s. f. (Art milit.) étoit un ancien instrument militaire, ou plûtôt un ancien instrument de musique, dont on se servoit à l'armée pour avertir les gardes de nuit, & pour faire savoir aux soldats quand ils devoient descendre ou monter la garde.

Le mot Latin buccina dont celui - ci est fait, vient de bucca, bouche, & de cano, je chante; parce qu'on s'en sert avec la bouche. D'autres croyent qu'il vient du Grec BXANH\, qui signifie la même chose, formé de BS2, boeuf, & de cano, je chante; parce qu'ancienne<cb-> ment cet instrument étoit fait de corne de booeuf. D'autres de l'Hébren buk, une trompette. Varron dit qu'il a été ainsi nommé par onomatopée de bou, bou, en faisant allusion au son qu'il rend. Et d'autres le font plus probablement venir de buccinum, qui est le nom d'une conque ou coquille de poisson.

Le cornet ést regardé comme une sorte de trompette, de laquelle cependant il differe non - seulement par la figure qui est droite dans la trompette, & recourbée dans le cornet, mais encore par le son, le son du cornet étant plus dur, plus fort, & plus facile à être entendu de loin, que celui de la trompette. Voyez Trompette. Le cornet & la conque semble avoir été le même instrument, que l'on a distingué enfuite en ce que le nom de conque est demeuré aux plus petits cornets, & celui de cornet est resté à ceux de la plus grande espece. Quelques - uns croyent que la conque étoit moins recourbée que le cornet, qui décrivoit un demi - cercle entier. Varron assûre que la conque étoit aussi appellée cornec, parce qu'on faisoit cet instrument avec les cornes des boeufs; comme cela se pratique encore dans quelques endroits. Servius afsûre qu'on les faisoit anciennement de cornes de bélier; & conséquemment ces instrumens dont on se servoit anciennement chez les Juifs à l'armée & dans le temple, se trouvent nommés dans l'Ecriture sopheroth haijobem, cornes de béliers. Voyez Corne. (Q)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.