ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous subarticle

Verrue des paupieres (Page 17:157)

Verrue des paupieres, (Méd. Chirurg.) maladie des paupieres. Voici ce qu'en dit Maître - Jean, le meilleur auteur à consulter.

On sait que les verrues sont des prolongations des fibres nerveuses, & des vaisseaux qui rampent sous l'épiderme; ces prolongations forment de petites excroissances ou de petites tumeurs qui s'élevent au - dessus de la peau, & qui attaquent les paupieres, comme beaucoup d'autres parties du corps. Elles naissent ou sur leur superficie extérieure ou sur l'intérieure, ou sur leur bord; de - là les différentes especes de verrues des paupieres, sur lesquelles nous allons entrer dans quelque détail.

La verrue des paupieres qui a la base ou racine grêle & longue, & une tête plus large & de médiocre grandeur, appellée par les Grecs acrochordon, vient plus souvent sur la superficie extérieure ou au bord des paupieres. C'est la premiere espece de verrue pendante, nommée par les Latins verruca pensilis.

Celle qui est appellée thymale (thymus) à cause qu'elle ressemble en figure & en couleur à la tête du vrai thym blanc de Candie ou verrue porale, pour sa ressemblance à la tête d'un porreau, seconde espece de verrue pendante, est une petite éminence charnue pareillement étroite, mais plus courte par le bas & large par le haut, âpre, inégale ou crevassée par - dessus, couleur blanchâtre ou rougeâtre, & sans douleur quand elle est benigne; quand elle est maligne, cette éminence est plus grande, plus dure, plus âpre, de couleur livide, sanieuse, douloureuse lorsqu'on la touche ou qu'on y applique des remedes. Elle se forme plutôt en la partie intérieure des paupieres, & quelquefois aussi en l'extérieure. Quand cette verrue est petite, elle retient le nom de thymale; & quand elle est fort grande, on l'appelle un fic, ficus en latin, SUXOTIZ en grec, à cause de sa ressemblance à une figue.

Celle qui a la base large, nommée par les Latins verruca sessilis, qu'on peut appeller fourmilliere, du mot grec myrmecia, & du latin formica, parce que par le grand froid elle cause des douleurs qui imitent le picotement des fourmis, est une éminence de la peau peu élevée, ayant la base large & qui diminue vers le haut; cette verrue est caleuse, quelquefois noire, & le plus souvent rougeâtre ou blanchâtre; elle a plusieurs petites éminences semblables aux grains d'une mûre, d'où vient qu'on l'appelle aussi meurale ou morale. Elle vient assez ordinairement à la partie intérieure des paupieres. Voilà les trois especes de verrues qui arrivent le plus communément dans ces parties. Je n'ai rapporté leurs différens noms, qu'afin qu'on les puisse connoître dans les auteurs.

Les verrues extérieures sont plus seches, plus fermes, moins sujettes à saigner, quoique crevassées, [p. 158] & souvent elles sont presque de la couleur de la peau, particulierement quand elles ne sont pas chancreuses; quand elles attaquent la superficie intérieure des paupieres, elles sont humides, molasses, sujettes à saigner au moindre attouchement; quelquefois purulentes, à cause qu'elles s'échauffent & s'ulcerent aisément par l'humidité du lieu & le frottement fréquent des paupieres; leur grosseur le plus souvent n'excede pas celle d'un pois, & leur couleur est ordinairement d'un rouge blanchâtre.

Les verrues pendantes ont des vaisseaux à leur base qui les abreuvent, & qui sont si considérables, eu égard à leur peu de volume, que lorsqu'on les extirpe, il en sort du sang assez abondamment. Quelquefois elles tombent, se dissipent & se guérissent d'el les - mêmes, particulierement celles qui viennent en la partie intérieure des paupieres, & qui renaissent assez souvent; quelquefois même les unes & les autres s'enflamment, s'abscedent ou s'ulcerent; & quelquefois aussi, après être tombées, abscédées ou ulcérées, leur racine restante se grossit insensiblement & se convertit en une tumeur skirrheuse.

La premiere espece, quand on l'extirpe, ne laisse aucune racine, & par conséquent ne revient point; mais la seconde espece, à cause d'une petite racine ronde & quelquefois filamenteuse qui reste enfoncée dans la chair, est sujette à germer de nouveau, à - moins qu'on ne consomme cette petite racine.

Les verrues à base large rarement guérissent, si on ne les panse, & même souvent on ne les peut dissiper; & quand leur base est fort large, on ne les peut couper sans qu'il y reste un ulcere, dont les suites seroient fâcheuses: c'est pourquoi on ne coupe que celles dont la base n'a pas plus d'étendue que leur corps.

Les verrues malignes & chancreuses ne guérissent point par les remedes, & il est très - rare qu'elles guérissent par l'opération quand leurs racines sont grosses & dures, & qu'elles rampent en plusieurs endroits de la paupiere, à - moins qu'on n'emporte la piece qui les contient, encore cette opération est fort suspecte.

On dissipe ou emporte les verrues des paupieres par les remedes ou par l'opération. Les remedes ne conviennent qu'aux verrues de leur superficie extérieure, l'oeil ne pouvant souffrir de tels remedes, si on vouloit s'en servir pour les verrues intérieures; & l'opération convient également aux extérieures & aux intérieures.

Les remedes dissipent & emportent les verrues en desséchant & absorbant l'humeur qui les nourrit, ce qui fait qu'elles s'attrophient ensuite & s'evanouissent. De ces remedes, les uns agissent si lentement, qu'à peine s'apperçoit - on de leurs effets; les remedes lents sont le suc laiteux de pissenlit, le suc de chicorée verrucaire, de geranium robertianum, de pourpier, de millefeuille, &c. mais les autres remedes agissent plus puissamment, comme le suc de racines de grande chélidoine, la poudre de sabine, &c. Il faut préférer ces derniers, &, pour s'en servir, on doit incorporer la poudre de sabine avec un peu de miel, pour en oindre les verrues trois ou quatre fois par jour, ou les oindre de même du suc de chélidoine jusqu'à ce qu'elles disparoissent. Mais on les détruit plus promptement par les remedes caustiques, je veux dire en les touchant légerement avec l'eau forte, l'esprit - devitriol, l'eau de sublimé, ou bien on peut employer la liqueur suivante.

Prenez du verdet, de l'alun & du sel commun, une dragme de chacun, du vitriol romain & du sublimé corrosif, de chacun une demi - dragme; pilez ces choses, & les faites bouillir dans quatre onces d'eau de pluie; filtrez la liqueur, & la conservez dans une phiole pour vous en servir comme dessus: prenez bien garde qu'il n'entre d'aucun de ces remedes dans l'oeil.

L'opération qui est le plus sûr moyen & le plus prompt pour emporter les verrues considérables des paupieres, soit extérieures ou intérieures, se fait en deux manieres, ou en les liant ou en les coupant. La ligature convient aux deux especes de verrues pendantes, quand elles sont en - dehors des paupieres ou à leurs extrémités: on les lie d'un noeud de chirurgien le plus près de la peau qu'on peut, avec un fil de soie ou de lin; ce noeud se fait en passant deux fois l'extrémité du fil par l'anneau qu'on forme d'abord, & par ce moyen on le serre quand on veut, de jour à autre, jusqu'à ce que la verrue soit tombée. S'il reste quelque petite racine, on la consomme en la touchant avec quelques - unes des eaux caustiques susdites, pour empêcher qu'elle ne repullule; ensuite on desseche l'ulcere restant ou avec l'onguent de tuthie, ou quelque collyre dessicatif.

La ligature ne se pratique point pour les inrieures, parce que le fil seroit un corps étranger qui incommoderoit trop l'oeil; ainsi on les coupe. Pour le faire, on prend avec le pouce & le doigt indice de la main gauche le bord de la paupiere, on la renverse, & avec des ciseaux qu'on tient de l'autre main, on coupe les verrues tout près de la peau, soit qu'elles soient à base large ou à base étroite; on laisse ensuite abaisser la paupiere, & le sang s'arrête presque toujours de lui - même; s'il tardoit à s'arrêter, on feroit couler dans l'oeil quelques gouttes d'un collyre fait avec quinze grains de vitriol blanc, & un scrupule de bol de levant lavé, dissout dans deux onces d'eau de plantain, rendue fort mucilagineuse par l'infusion de la gomme arabique ou tragacanth. On desseche enfin l'ulcere avec un collyre dessicatif.

On coupe aussi les verrues extérieures des paupieres & celles qui pendent à leurs bords de la même maniere que les intérieures; & pour le faire plus sûrement, on étend avec deux doigts la paupiere, & on les tranche avec la pointe des ciseaux; si le sang ne s'arrête pas, on se sert d'une poudre faite avec une partie de vitriol romain calciné, deux parties de gomme arabique, & trois parties de bol de levant; on en met un peu sur un plumaceau qu'on applique sur la plaie, & que l'on contient avec les doigts jusqu'à ce que le sang soit arrêté. On applique ensuite dessus un petit emplâtre de diapalme, une compresse, & le bandage ordinaire qui finissent la cure. (D. J.)

Next subarticle


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.