ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

THERAPNE (Page 16:265)

THERAPNE, ou THERAPNAE, ou THERAMNAE, (Géog. anc.) ville du Péloponnèse dans la Laconie, au voisinage de la ville de Sparte. Pausanias, Lacon. c. xx. fait entendre que pour aller de Sparte à Therapné, il falloit traverser le fleuve Eurotas. Il donne à Therapné le titre de ville; mais Suidas se sert simplement du nom de lieu & le scholiasse de Pindare, ode j. v. 43. en fait un village. Ce dernier ajoute, qu'il y avoit un temple dédié à Castor & Pollux. C'est à quoi Stace, Selvar. l. IV. carm. viij. v. 52. fait allusion dans ces vers:

Et vos Tyndaridoe, quos non horrenda Lycurgi Taygeta; umbrosoeque magis coluere Therapnae.

Ce même poëte, Thébaïd. l. VII. v. 793. parlant de Castor & de Pollux, les appelle Therapnoei fratres. Pindare & la plûpart des auteurs anciens qui ont parlé de ces deux jumeaux, racontent ce qui leur arrivoit de deux jours l'un à Therapné apres leur mort. Jupiter, disent ils, ordonna qu'ils passeroient alternativement un jour dans le ciel, & un autre jour au - dessous de la terre; c'est - à - dire, qu'ils se cacheroient sous l'hemisphere; & c'étoit sous Therapné qu'ils se cachoient. Ainsi cette fiction poétique étoit mêlée à l'astronomie. Pour rendre une raison ingénieuse du lever & du coucher des deux étoiles appellées Castor & Pollux; les anciens ont dit qu'elles sortoient de l'hémiphere inférieur du côté de Thérapné, qui est véritablement vers l'horison oriental de Lacédémone, & que par le mouvement diurne, elles s'élevoient à la plus haute partie du ciel. En effet, il ne s'en faut que de cinq à six degrés qu'elles ne soient véritables, & dans le zénith de Lacédémone.

Therapné étoit encore célebre, pour être le lieu où Diane avoit été adorée pour la premiere fois. On y voyoit un temple consacré à Ménélas, qui y avoit été enterré avec Hélene. Comme cette belle lacédémonienne y avoit été élevée, les poëtes l'ont appellé la nymphe de Therapné. On cherche envain le tombeau de cette belle nymphe, il reste à peine des racines de la ville même. (D. J.)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.