ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

SUPIN (Page 15:670)

SUPIN, s. m. terme de Grammaire. Le mot latin supinus signifie proprement couché sur le dos; c'est l'état d'une personne qui ne fait rien, qui ne se mêle de rien. Sur quel fondement a - t - on donné ce nom à certaines formes de verbes latins, comme amatum, monitum, rectum, auditum, &c? Sans entrer dans une discussion inutile des différentes opinions des grammairiens anciens & modernes sur cette quesstion, je vais proposer la mienne, qui n'aura peut - être pas plus de solidité, mais qui me paroît du moins plus vraissemblable.

Les verbes appellés neutres par le commun des grammairiens, comme sum, existo, fio, sto, &c. Diomedes dit, au rapport de Vossius, (Anal. III. 2.) que le nom de supins leur fut donné par les anciens, quod nempè velut otiosa resupinaque dormiant, nec actionem, nec passionem significantia. Si les anciens ont adopté dans ce sens le terme de supin, comme pouvant devenir propre au langage grammatical; c'est assurément dans le même sens qu'il a été donné à la partie des verbes qui l'a retenue jusqu'à présent, & c'est avec beaucoup de justice qu'il en est aujourd'hui la dénomination exclusive. Qu'il me soit permis, pour le prouver, de faire ici une petite observation métaphysique.

Quand une puissance agit, il faut distinguer l'action, l'acte & la passion. L'acte est l'effet qui résulte de l'opération de la puissance, (res acta), mais considéré en soi, & sans aucun rapport à la puissance qui l'a produit, ni au sujet sur qui est tombée l'opération; c'est l'effet vû dans l'abstraction la plus complete. L'action, c'est l'opération même de la puissance; c'est le mouvement physique ou moral, qu'elle se donne pour produire l'effet, mais sans aucun rapport au sujet sur qui peut tomber l'opération. La passion enfin, c'est l'impression produite par l'acte, dans le sujet sur qui est tombée l'opération. Ainsi, l'acte tient en quelque maniere le milieu, entre l'action & la passion; il est l'effet immédiat de l'action, & la cause immédiate de la passion; il n'est ni l'action, ni la passion. Qui dit action, suppose une puissance qui opere; qui dit passion, suppose un sujet qui reçoit une impression; mais qui dit acte, fait abstraction, & de la puissance active & du sujet passif.

Or, voilà justement ce qui distingue le supin des verbes: amare (aimer) exprime l'action; amari (être aimé) exprime la passion; amatum (aimé) exprime l'acte.

De - là vient, 1°. que le supin amatum peut être mis à la place du prétérit de l'infinitif, & qu'il a essentiellement le sens prétérit, dès qu'on le met à la place de l'action. Dictum est, l'acte de dire est, & par conséquent l'action de dire a été, parce que l'action est nécessairement antérieure à l'acte, comme la cause à l'effet; ainsi dictum est a le même sens que dicere fuit ou dixisse est pourroient avoir, si l'usage les avoit autorisés.

De - là vient, 2°. que le prétérit du participe passif en françois, en italien, en espagnol & en allemand, ne differe du supin, qu'en ce que le participe est déclinable, & que le supin ne l'est pas: supin indéclinable; loué, fr. lodato, ital. alabado, esp. gelobett, all. Prétérit du participe passif, déclinable; loué, ée, fr. lodato, ta, ital. alabado, da, esp. gelober, te, tes, all. & il y a encore à remarquer que le supin & le participe, dans la langue allemande, ont tous deux la particule prépositive ge qui est le signe de l'antériorité, & qui ne se trouve que dans ces deux parties du verbe loben (louer); ce qui confirme grandement mes observations précédentes.

De - là vient, 3°. que le supin n'exprimant ni action, ni passion, a pu servir en latin à produire des formes actives & passives, comme il a plû à l'usage, parce que la diversité des terminaisons sert à marquer celle des idées accessoires qui sont ajoutées à l'idée fondamentale de l'acte énoncé par le supin: ainsi le futur du participe actif, amaturus, a, um, & le prétérit du participe passif, amatus, a, um, sont également dérivés du supin.

Je ne m'étendrai pas davantage ici sur la nature du supin, ni sur la réalité de son existence dans notre langue & dans celles qui ont des procédés pareils à la nôtre, voyez Participe, art. II. Mais j'ajouterai seulement quelques remarques, qui sont des suites nécessaires de la nature même de la chose.

1°. Le supin est veritablement verbe, & fait une partie essentielle de la conjugaison, puisqu'il conserve l'idée différencielle de la nature du verbe, celle de l'existence sous un attribut, qui est marquée dans le supin par le rapport d'antériorité qui le met dans la classe des prétérits. Voyez Verbe, Prétérit & Temps.

2°. Le supin est véritablement nom, puisqu'il peut être sujet d'un autre verbe, comme les noms ou complément objectif d'un verbe relatif, ou complément d'une préposition. Itum est, itum erat, itum erit; le supin est ici le sujet du verbe substantif, & conséquemment au nominatif; c'est la même chose dans cette phrase de Tite - Live, vij. 8. Diù non perlitatum tenuerat dictatorem, littéralement, n'avoir pas fait pendant long - tems de sacrifices agréables aux dieux avoit retenu le dictateur, car perlitare fignifie faire des sacrifices agréables aux dieux, des sacrifices heureux & de bon augure; c'est - à - dire ce qui avoit retenu le dictateur, [p. 671] c'est que depuis long - tems on n'avoit point fait de sacrifices favorables. Dans Varron, esse in arcadiâ scio spectatum suem; le supin est complément objectif de scio, & littéralement scio spectatum veut dire, je sais avoir vu. Enfin, dans Salluste, nec ego vos ultum injurias hortor, le supin est complément de la préposition ad, sous - entendue ici, & communément exprimée après le verbe hortor.

3°. Le supin, à proprement parler, n'est ni de la voix active, ni de la voix passive, puisqu'il n'exprime ni l'action, ni la passion, mais l'acte: cependant comme il se construit plus souvent comme la voix active, que comme la voix passive, parce qu'on le rapporte plus fréquemment au sujet objectif, qu'à la puissance qui produit l'acte; il convient plutôt de le mettre dans le paradigme de la conjugaison active. En effet, on le trouve souvent employé avec l'accusatif pour régime, & jamais la préposition à ou ab avec l'ablatif, ne lui sert de complément dans le sens passif; car impetratum est à consuetudine (Cic.) se dit comme on diroit à l'actif impetravimus à consuetudine.

4°. Le supin doit être placé dans l'infinitif, puisqu'il est communément employé pour le prétérit de l'infinitif: dictum est, pour dixisse est, équivalent de dicere fuit, on a dit.

5°. Quelques grammairiens ont prétendu que le supin en u n'est pas un supin, mais l'ablatif d'un nom verbal dérivé de supin, lequel est de la quatrieme déclinaison: je crois qu'ils se sont trompés. Les noms verbaux de la quatrieme déclinaison, différent de ceux de la troisieme, en ce que ceux de la quatrieme expriment en effet l'acte, & ceux de la troisieme l'action; ainsi visio, c'est l'action de voir, visus en est l'acte; pactio, l'action de traiter; pactus, l'acte même ou le traité; actio & actus, d'où nous viennent action & acte. Or le supin ayant un nominatif & un accusatif, & surtout un accusatif qui est souvent régi par des prépositions, pourquoi n'auroit il pas un ablatif pour la même fin? On répond que l'ablatif devroit être en o à cause du nominatif en um: mais il est vraissemblable que l'usage a proscrit l'ablatif en o, pour empêcher qu'on ne le confondît avec celui du participe passif, & que ce qui a donné la préférence à l'ablatif en u, c'est qu'il présente toujours l'idée fondamentale du supin; l'idée simple de l'acte, soit qu'on le regarde comme appartenant au supin, soit qu'on le rapporte au nom verbal de la quatrieme déclinaison, quand il en existe; car tous les verbes n'ont pas produit ce nom verbal, & cependant plusieurs dans ce cas - là même ne laissent pas d'avoir le supin en u; ce qui confirme l'opinion que j'établis ici. (E. R. M. B.)

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.