ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

ABAQUE (Page 1:9)

ABAQUE, s. m. chez les anciens Mathématiciens signifioit une petite table couverte de poussiere sur laquelle ils traçoient leurs plans & leurs figures, selon le témoignage de Martius Capella, & de Perse. Sat. I. v. 131.

Nec qui abaco numeros & facto in pulvere metas Scit risisse vafer.

Ce mot semble venir du Phénicien , abak, poussiere ou poudre.

Abaque (Page 1:9)

Abaque, ou Table de Pythagore, abacus Pythagoricus, étoit une table de nombres pour apprendre plus facilement les principes de l'Arithmétique; cette table fut nommée table de Pythagore à cause que ce fut lui qui l'inventa.

Il est probable que la table de Pythagore n'étoit autre chose que ce que nous appellons table de multiplication. Voyez Table de Pythagore.

Ludolphe a donné des méthodes pour faire la multiplication sans le secours de l'abaque ou table: mais elles sont trop longues & trop difficiles pour s'en servir dans les opérations ordinaires. Voyez Multiplication. (O)

Abaque (Page 1:9)

Abaque. Chez les Anciens ce mot signifioit une espece d'armoire ou de buffet destiné à différens usages. Dans un magazin de Négociant il servoit de comptoir; & dans une sale à manger, il contenoit les amphores & les crateres; celui - ci étoit ordinairement de marbre, comme il paroît par cet endroit d'Horace:

Et lapis albus Pocula cum cyatho duo sustinet.

Les Italiens ont nommé ce meuble credenza. Le mot Abaque latinisé est Grec d'origine: Abaque signifie de plus panier, corbeille, chapiteau de colonne, baze d'une roche, d'une montagne, le diametre du soleil, &c. Quelques - uns prétendent qu'Abaque est composé d'à privatif & de BA'SIC, fondement ou base, c'est - à - dire qui est, sans pié - d'estal, attaché contre le mur. Mais Guichard remonte plus haut, il dérive le mot A'AC de l'Hebreu , extolli, être élevé; & il suppose qu'il signifioit d'abord une planche ou une tablette, ou quelqu'autre meuble semblable appliqué contre le mur. Tite - Live & Salluste parlant du luxe des Romains, après la conquéte de l'Asie, leur reprochent pour ces buffets inconnus à leurs bons ayeux un goût qui alloit jusqu'à en faire fabriquer de bois le plus précieux, qu'on revêtoit de lames d'or.

* L'Abaque d'usage pour les comptes & les calculs étoit une espece de quadre long & divisé par plusieurs cordes d'airain paralleles qui enfiloient chacune une égale quantité de petites boules d'ivoire ou de bois mobiles comme des grains de chapelet, par la disposition desquelles, & suivant le rapport que les inférieures avoient avec les supérieures, on distribuoit les nombres en diverses classes, & l'on faisoit toute sorte de calculs. Cette tablette arithmétique à l'usage des Grecs ne fut pas inconnue aux Romains. On la trouve décrite d'après quelques monumens antiques par Fulvius Ursinus & Ciaconius: mais comme l'usage en étoit un peu difficile, celui de compter avec les jettons prévalut. A la Chine & dans quelques cantons de l'Asie, les Négocians comptent encore avec de petites boules d'ivoire ou d'ébene enfilées dans un fil de léton qu'ils portent accroche à leur ceinture. (G)

Abaque (Page 1:9)

* Abaque. Le grand abaque est encore une espece d'auge dont on se sert dans les Mines pour laver l'or.

Abaque (Page 1:9)

Abaque, c'est, dit Harris, & disent d'après Harris les Auteurs de Trevoux, la partie supérieure ou le couronnement du chapiteau de la colonne. L'abaque est quarré au Toscan, au Dorique, & à l'Ionique antique, & échancré sur ses faces aux chapiteaux Corinthien & Composite. Dans ces deux ordres, ses angles s'appellent cornes, le milieu s'appelle balai, & la courbure s'appelle arc & a communément une rose au milieu. Les Ouvriers, ajoûtent Mauclerc & Harris, appellent aussi abaque un ornement Gothique avec un filet ou un chapelet de la moitié de la largeur de l'ornement, & l'onnomme ce filet, le filet ou le chapelet de l'abaque. Dans l'ordre Corinthien, l'abaque est la septieme partie du chapiteau. Andrea Palladio nomme abaque la plinthe qui est autour du quart - de - rond appellé échime; l'abaque se nomme encore tailloir. Scamozzi donne aussi le nom d'abaque à une moulure en creux qui forme le chapiteau du pié - d'estal de l'ordre Toscan. Voyez Harris, premiere & seconde partie.

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.