ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ
DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS

RECHERCHE Accueil Mises en garde Documentation ATILF ARTFL Courriel

Previous article

ACCIDENT (Page 1:69)

ACCIDENT, s. m. terme de Grammaire; il est surtout en usage dans les anciens Grammairiens; ils ont d'abord regardé le mot comme ayant la propriété de signifier. Telle est, pour ain dire, la substance [p. 70] du mot, c'est ce qu'ils appellent nominis positio: ensuite ils ont fait des observations particulieres sur cette position ou substance Métaphysique, & ce sont ces observations qui ont donné lieu à ce qu'ils ont appellé accidens des dictions, dictionum accidentia.

Ainsi par accident les Grammairiens entendent une propriété, qui, à la vérité, est attachée au mot, mais qui n'entre point dans la définition essentielle du mot; car de ce qu'un mot sera primitif ou qu'il sera dérivé, simple ou composé, il n'en sera pas moins un terme ayant une signification. Voici quels sont ces accidens.

1. Toute dicion ou mot peut avoir un sens propre ou un sens figuré. Un mot est au propre, quand il signifie ce pourquoi il a été premierement établi: le mot Lion a été d'abord destiné à signifier cet animal qu'on appelle Lion: je viens de la foire, j'y ai vû un beau Lion; Lion est pris là dans le sens propre: mais si en parlant d'un homme emporté je dis que c'est un lion, lion est alors dans un sens figuré. Quand par comparaison ou analogie un mot se prend en quelque sens autre que celui de sa premiere destination, cet accident peut être appellé l'acception du mot.

2. En second lieu, on peut observer si un mot est primitif, ou s'il est dérivé.

Un mot est primitif, lorsqu'il n'est tiré d'aucun autre mot de la Langue dans laquelle il est en usage. Ainsi en François Ciel, Roi, bon, sont des mots primitifs.

Un mot est dérivé lorsqu'il est tiré de quelqu'autre mot comme de sa source: ainsi céleste, royal, royanme, royauté, royalement, bonté, bonnement, sont autant de dérivés. Cet accident est appellé par les Grammairiens l'espece du mot; ils disent qu'un mot est de l'espece primitive ou de l'espece dérivée.

3. On peut observer si un mot est simple ou s'il est composé; juste, justice, sont des mors simples: injuste, injustice, sont composés. En Latin res est un mot simple, publica est encore simple, mais respublica est un mot composé.

Cet accident d'être simple ou d'être composé a été appellé par les anciens Grammairiens la figure. Ils disent qu'un mot est de la figure simple ou qu'il est de la figure composée; en sorte que figure vient ici de fingere, & se prend pour la forme ou constitution d'un mot qui peut être ou simple ou composé. C'est ainsi que les Anciens ont appellé vasa fictilia, ces vases qui se font en ajoûtant matiere à matiere, & figulus l'ouvrier qui les fait, à fingendo.

4. Un autre accident des mots regarde la prononciation; sur quoi il faut distinguer l'accent, qui est une élévation ou un abaissement de la voix toûjours invariable dans le même mot; & le ton & l'emphase qui sont des infléxions de voix qui varient selon les diverses passions & les différentes circonstances, un ton fier, un ton soûmis, un ton insolent, un ton piteux. Voyez Accent.

Voilà quatre Accidens qui se trouvent en toutes sortes des mots. Mais de plus chaque sorte particuliere de mots a ses accidens qui lui sont propres; ainsi le nom substantif a encore pour accidens le genre. Voyez Genre; le cas, la déclinaison, le nombre, qui est ou singulier ou pluriel, sans parler du duel des Grecs.

Le nom adjectif a un accident de plus, qui est la comparaison; doctus, doctior, doctissimus; savant, plus savant, très - savant.

Les pronoms ont les mêmes accidens que les noms.

A l'égard des verbes, ils ont aussi par accident l'acception, qui est ou propre ou figurée: ce vieillard marche d'un pas ferme, marcher est là au propre: celui qni me suit ne marche point dans les ténebres, dit Jesus - Christ; suit & marche sont pris dans un sens figuré, c'est - à - dire, que celui qui pratique les maximes de l'Evangile, a une bonne conduite & n'a pas besoin de se cacher; il ne fuit point la lumiere, il vit sans crainte & sans remords.

2. L'espece est aussi un accident des verbes; ils sont ou primitifs, comme parler, boire, sauter, trembler; ou dérivés, comme parlementer, buvoter, sautiller, trembloter. Cette espece de verbes dérivés en renferme plusieurs autres; tels sont les inchoatifs, les fréquentatifs, les augmentatifs, les diminutifs, les imitatifs, & les désidératifs.

3. Les verbes ont aussi la figure, c'est - à - dire qu'ils sont siples, comme venir, tenir, faire; ou composés, comme prevenir, convenir, refaire, &c.

4. La voix ou forme du verbe: elle est de trois sortes, la voix ou forme active, la voix passive & la forme neutre.

Les verbes de la voix active sont ceux dont les terminaisons expriment une action qui passe de l'agent au patient, c'est - à - dire, de celui qui fait l'action sur celui qui la reçoit: Pierre bat Paul; bat est un verbe de la forme active, Pierre est l'agent, Paul est le patient ou le terme de l'action de Pierre. Dieu conserve ses créatures; conserve est un verbe de la forme active.

Le verbe est à la voix passive, lorsqu'il signifie que le sujet de la proposition est le patient, c'est - à - dire, qu'il est le terme de l'action ou du sentiment d'un autre: les méchans sont punis, vous serez pris par les ennemis; sont punis, serez pris, sont de la forme passive.

Le verbe est à la forme neutre, lorsqu'il signifie une action ou un état qui ne passe point du sujet de la proposition sur aucun autre objet extérieur; comme il palit, il engraisse, il maigrit, nous courons, il badine toûjours, il rit, vous rajeunissez, &c.

5. Le mode, c'est - à - dire les différentes manieres d'exprimer ce que le verbe signifie, ou par l'indicatif qui est le mode direct & absolu; ou par l'impératit, ou par le subjonctif, ou enfin par l'infinitif.

6. Le sixieme accident des verbes, c'est de marquer le tems par des terminaisons particulieres: j'aime, j'aimois, j'ai aimé, j'avois aimé, j'aimerai.

7. Le septieme accident est de marquer les personnes grammaticales, c'est - à - dire, les personnes relativement à l'ordre qu'elles tiennent dans la formation du discours, & en ce sens il est évident qu'il n'y a que trois personnes.

La premiere est celle qui fait le discours, c'est - à - dire, celle qui parle, je chante; je est la premiere personne, & chante est le verbe à la premiere personne, parce qu'il est dit de cette premiere personne.

La seconde personne est celle à qui le discours s'adresse; tu chantes, vous chantez, c'est la personne à qui l'on parle.

Enfin, lorsque la personne ou la chose dont on parle n'est ni à la premiere ni à la seconde personne, alors le verbe est dit être à la troisieme personne; Pierre écrit, écrit est à la troisieme personne: le soleil luit, luit est à la troisieme personne du présent de l'indicatif du verbe luire.

En Latin & en Grec les personnes grammaticales sont marquées, aussi - bien que les tems, d'une maniere plus distincte, par des terminaisons particulieres, TUPW, TUPEI, TUPEI, TUPOMEN, TUPETE, TUW=OUSI, canto, cantas, cantat, cantavi, cantavisti, cantavit; cantaveram, cantabo, &c. au lieu qu'en François la différence des terminaisons n'est pas souvent bien sensible; & c'est pour cela que nous joignons aux verbes les pronoms qui marquent les personnes, je chante, tu chantes, il chante.

8. Le huitieme accident du verbe est la conjugaison. La conjugaison est une distribution ou liste de [p. 71] toutes les parties & de toutes les infléxions du verbe, selon une certaine analogie. Il y a quatre sortes d'analogies en Latin par rapport à la conjugaison; ainsi il y a quatre conjugaisons: chacune a son paradigme, c'est - à - dire un modele sur lequel chaque verbe régulier doit être conjugué; ainsi amare, selon d'autres cantare, est le paradigme des verbes de la premiere conjugaison, & ces verbes, selon leur analogie, gardent l'a long de l'infinitif dans presque tous leurs tems & dans presque toutes les personnes. Amare, amabam, amavi, amaveram, amabo, amandum, amatum, &c.

Les autres conjugaisons ont aussi leur analogie & leur paradigme.

Je crois qu'à ces quatre conjugaisons on doit en ajoûter une cinquieme, qui est une conjugaison mixte, en ce qu'elle a des personnes qui suivent l'analogie de la troisieme conjugaison, & d'autres celle de la quatrieme; tels sont les verbes en ere, io, comme capere, capio; on dit à la premiere personne du passif capior, je suis pris, comme audior; cependant on dit caperis à la seconde personne, & non capiris, quoiqu'on dise audior, audiris. Comme il y a plusieurs verbes en ere, io, suscipere suscipio, interficere interficio, elicere, io, excutere, io, fugere fugio, &c. & que les commençans sont embarrassés à les conjuguer, je crois que ces verbes valent bien la peine qu'on leur donne un paradigme ou modele.

Nos Grammairiens content aussi quatre conjugaisons de nos verbes François.

1. Les verbes de la premiere conjugaison ont l'infinitif en er, donner.

2. Ceux de la seconde ont l'infinitif en ir, punir.

3. Ceux de la troisieme ont l'infinitif en oir, devoir.

4. Ceux de la quatrieme ont l'infinitif en re, dre, tre, faire, rendre, mettre.

La Grammaire de la Touche voudroi une cinquieme conjugaison des verbes en aindre, eindre, oindre, tels que craindre, feindre, joindre, parce que ces verbes ont une singularité qui est de prerdre le g pour donner un son mouillé à l'n en certain; tems, nous craignons, je craignis, je craignisse, craignant.

Mais le P. Buffier observe qu'il y a tant de différentes infléxions entre les verbes d'une même conjugaison, qu'il faut, ou ne reconnoître qu une seule conjugaison, ou en reconnoître autant que nous avons de terminaisons différentes dans les infinitifs. Or M. l'Abbé Regnier observe que la Langue Françoise a jusqu'à vingt - quatre terminaisons différentes à l'infinitif.

9. Enfin le dernier accident des verbes est l'analogie ou l'anomalie, c'est - à - dire d'être réguliers & de suivre l'analogie de leur paradigme, ou bien de s'en écarter; & alors on dit qu'ils sont irréguliers ou anomaux.

Que s'il arrive qu'ils manquent de quelque mode, de quelque tems, ou de quelque personne, on les appelle défectifs.

A l'égard des prépositions, elles sont toutes primitives &simples, à, de, dans, avec, &c. sur quoi il faut observer qu'il y a des Langues qui énoncent en un seul mor ces vûes de l'esprit, ces rapports, ces manieres d'être, au lieu qu'en d'autres Langues ces mêmes rapports sont divisés par l'élocution & exprimés par plusieurs mots, par exemple, coram patre, en présence de son pere; ce mot coram, en Latin, est un mot primitif & simple qui n'exprime qu'une maniere d'être considérée par une vûe simple de l'esprit.

L'élocution n'a point en François de terme pour l'exprimer; on la divise en trois mots, en présence de. Il en est de même de propter, pour l'amour de, ainsi de quelques autres expressions que nos Grammairiens François ne mettent au nombre des prépositions, que parce qu'elles répondent à des prépositions Latines.

La préposition ne fait qu'ajoûter une circonstance ou maniere au mot qui précede, & elle est toûjours considérée sous le même point de vûe, c'est toûjours la même maniere ou circonstance qu'elle exprime; il est dans; que ce soit dans la ville, ou dans la maison, ou dans le coffre, ce sera toûjours être dans. Voilà pourquoi les propositions ne se déclinent point.

Mais il faut observer qu'il y a des prépositions séparables, telles que dans, sur, avec, &c. & d'autres qui sont appellées inséparables, parce qu'elles entrent dans la composition des mots, de façon qu'elles n'en peuvent être séparées sans changer la signification particuliere du mot; par exemple, refaire, surfaire, défaire, contrefaire, ces mots, re, sur, dé, contre, &c. sont alors des prépositions inséparables, tirées du Latin. Nous en parlerons plus en détail au mot Préposition.

A l'égard de l'adverbe, c'est un mot qui, dans sa valeur, vaut autant qu'une préposition & son complément. Ainsi prudemment, c'est avec prudence, sagement, avec sagesse, &c. Voyez Adverbe.

Il y a trois accidens à remarquer dans l'adverbe outre la signification, comme dans tous les autres mots. Ces trois accidens sont,

1. L'espece, qui est ou primitive ou dérivative: ici, là, ailleurs, quand, lors, hier, où, &c. sont des adverbes de l'espece primitive, parce qu'ils ne viennent d'aucun autre mot de la Langue.

Au lieu que justement, sensément, poliment, absolument, tellement, &c. sont de l'espece dérivative; ils viennent des noms adjectifs juste, sensé, poli, absolu, tel, &c.

2. La figure, c'est d'être simple ou composé. Les adverbes sont de la figure simple, quand aucun autre mot ni aucune préposition inséparable n'entre dans leur composition; ainsi justement, lors, jamais, sont des adverbes de la figure simple.

Mais injustement, alors, aujoura'hui, & en Latin hodie, sont de la figure composee.

3. La comparaison est le troisieme accident des adverbes. Les adverbes qui viennent des noms de qualité se comparent, justement, plus justement, très ou fort justement, le plus justement, bien, mieux, le mieux, mal, pis, le pis, plus mal, très mal, fort mal, &c.

A l'égard de la conjonction, c'est - à - dire, de ces petits mots qui servent à exprimer la liaison que l'esprit met entre des mots & des mots, ou entre des phrases & des phrases; outre leur signification particuliere, il y a encore leur figure & leur position.

1. Quant à la figure, il y en a de simples, comme &, ou, mais, si, car, ni, &c.

Il y en a beaucoup de composées, & si, mais si, & même il y en a qui sont composées de noms ou de verbes, par exemple, à moins que, desorte que, bien entendu que, pourvû que.

2. Pour ce qui est de leur position, c'est - à - dire, de l'ordre ou rang que les conjonctions doivent tenir dans le discours, il faut observer qu'il n'y en a point qui ne suppose au - moins un sens précedent; car ce qui joint doit être entre deux termes. Mais ce sens peut quelquefois être transposé, ce qui arrive avec la conditionnelle si, qui peut fort bien commencer un discours si vous êtes utile à la société, elle pourvoira à vos besoins. Ces deux phrases sont liées par la conjonction si; c'est comme s'il y avoit, la société pourvoira à vos besoins, si vous y êtes utile.

Mais vous ne sauriez commencer un discours par mais, &, or, donc, &c. c'est le plus ou moins de liaison qu'il y a entre la phrase qui suit une conjonction & celle qui la précede, qui doit servir de regle pour la ponctuation.

* Ou s'il arrive qu'un discours commence par un or ou un donc, ce discours est censé la suite d'un autre qui s'est tenu intérieurement, & que l'Orateur [p. 72] ou l'Ecrivain a sous - entendu, pour donner plus de véhémence à son début. C'est ainsi qu'Horace a dit au commencement d'une Ode:

Ergo Quintilium perpetuus sopor

Urget. . . . .

Et Malherbe dans son Ode à Louis XIII. partant pour la Rochelle:

Donc un nouveau labeur à tes armes s'apprête;

Prens ta foudre, Loüis. . . . .

A l'égard des interjections, elles ne servent qu'à marquer des mouvemens subits de l'ame. Il y a autant de sortes d'interjections, qu'il y a de passions différentes. Ainsi il y en a pour la tristesse & la compassion, hélas! ha! pour la douleur, ai ai, ha! pour l'aversio & le dégoût, si. Les interjections ne servant qu e seul usage, & n'étant jamais considérées que sous la même face, ne sont sujettes à aucun autre accident. On peut seulement observer qu'il y a des noms, des verbes, & des adverbes, qui étant prononcés dans certains mouvemens de passions ont la force de l'interjection, courage, allons, bon - Dieu, voyez, marche, tout beau, paix, &c. c'est le ton plûtôt que le mot qui fait alors l'interjection. (F)

Accident (Page 1:72)

Accident, s. m. en Logique, quand on joint une idée confuse & indéterminée de substance avec une idée distincte de quelque mode: cette idée est capable de représenter toutes les choses où sera ce mode; comme l'idée de prudent, tous les hommes prudens, l'idée de rond, tous les corps ronds. Cette idée exprimée par un terme adjectif, prudent, rond, donne le cinquieme universel qu'on appelle accident, parce qu'il n'est pas essentiel à la chose à laquelle on l'attribue; car s'il l'étoit, il seroit difference ou propre.

Mais il faut remarquer ici, que quand on considere deux substances ensemble, on peut en considérer une comme mode de l'autre. Ainsi un homme habillé peut être considéré comme un tout composé de cet homme & de ses habits: mais être habillé à l'égard de cet homme, est seulement un mode ou une façon d'être, sous laquelle on le considere, quoique ses habits soient des substances. V. Universaux. (X)

* Les Aristotéliciens, après avoir distribué les êtres en dix classes, réduisoient ces dix classes à deux générales; à la classe de la substance, ou de l'être qui existe par lui - même, & à la classe de l'accident, ou de l'être qui est dans un autre, comme dans un sujet.

De la classe de l'accident, ils en faisoient neuf autres, la quantité, la relation, la qualité, l'action, la passion, le tems, le lieu, la situation, & l'habitude.

Accident (Page 1:72)

Accident, en Medecine, signifie une révolution qui occasionne une maladie, ou quelqu'autre chose de nouveau qui donne de la force à une maladie déjà existante. La suppression subite des crachats dans la péripneumonie est un accident fâcheux. Les plus fameux Praticiens en Medecine recommandent d'avoir communément plûtôt égard à la violence des accidens qu'à la cause de la maladie; parce que leur durée pourroit tellement augmenter la maladie, qu'elle deviendroit incurable. V. Symptome. (N)

Accident (Page 1:72)

Accident, en Peinture. On dit des accidens de lumiere, lorsque les nuàges interposés entre le soleil & la terre produisent sur la terre des ombres qui l'obscurcissent par espace; l'effet que produit le soleil sur ces espaces qui en restent éclairés, s'appelle accident de lumiere. Ces accidens produisent des effets merveilleux dans un tableau.

On appelle encore accident de lumiere, les rayons qui viennent par une porte, par une lucarne, ou d'un flambeau, lorsque cependant ils ne font pas la lumiere principale d'un tableau. (R)

Accident (Page 1:72)

Accident se dit aussi en Fauconnerie. Les oiseaux de proie sont sujets à plusieurs accidens; il arrive quelquefois que les faucons sont blessés en attaquant le milan ou le héron: si la blessure est légere, vous la guérirez avec le remede suivant: mettez dans un pot verni une pinte de bon verjus; faites - y infuser pendant douze heures pimprenelle & consoude de chacune une poignée, avec deux onces d'aloès & autant d'encens, une quantité suffisante d'origan, & un peu de mastic; l'infusion étant faite, passez le tout par un linge avec expression, & gardez ce remede pour le besoin. On se sert de cette colature pour étuver doucement la blessure qui se guérit par ce moyen aisément.

Si la blessure est considérable, il faut d'abord couper la plume pour empêcher qu'elle ne s'y attache, & y mettre une tente imbibée de baume ou d'huile de millepertuis.

Si la blessure estinterne, ayant été causée par l'effort qu'a fait le faucon en fondant sur sa proie, il faut prendre un boyau de poule ou de pigeon, vuider & laver bien ce boyau, puis mettre dedans de la momie, & faire avaler le tout à l'oiseau; il vomira sur le champ le sang qui sera caillé dans son corps, & peu de tems après il sera guéri.

Si la blessure de l'oiseau est considérable, mais extérieure, & que les nerfs soient offensés, il faudra premierement la bien étuver avec un liniment fait avec du vin blanc, dans lequel on aura fait infuser des roses seches, de l'écorce de grenade, un peu d'absinthe & d'alun, ensuite on y appliquera de la térebenthine.

Next article


The Project for American and French Research on the Treasury of the French Language (ARTFL) is a cooperative enterprise of Analyse et Traitement Informatique de la Langue Franšaise (ATILF) of the Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Division of the Humanities, the Division of the Social Sciences, and Electronic Text Services (ETS) of the University of Chicago.

PhiloLogic Software, Copyright © 2001 The University of Chicago.